Youtube Facebook Twitter

wirtualny spacer
ROYAL HOTEL ****     ul. Szpitalna 93, 05-160 Modlin
PolskiEnglishDeutschFrançaiseрусский

Histoire de la Forteresse Modlin

ROYAL Hotel est situé sur un terrain exceptionnel du point de vue historique de la Forteresse Modlin. L’établissement possède le statut de monument établi par le bureau du Conservateur du patrimoine.

La Forteresse Modlin appartient aux plus célèbres constructions militaires sur le territoire polonais. Elle est un monument unique de l’architecture défensive, le plus grand de ce type en Pologne et un des plus grands en Europe.
Charles X Gustave de Suède a apprécié les valeurs militaires et géographiques de Modlin en y établissant dans les années 1655-1656 la base principale des forces suédoises et d'où il menait les campagnes ées 1655-1656 la base principale des forces suédoises et d'où il menait en Pologne, On a entrepris Durant cette période les premiers essais de fortification de Modlin. Sur la demande du roi de Suède, on a établi près de Nowy Dwór un camp militaire et on a fortifié l’île se trouvant entre la Vistule et le Narew (disparue depuis longtemps).
La décision préalable de construction de la forteresse Modlin a été prise par l’empereur Napoléon Ier à Poznań en juin 1806. Alors avait lieu la campagne de Prusse et de Pologne (1806-1807). On a abordé le projet de construction de la forteresse au printemps 1807 et l’auteur de la conception de la construction des fortifications était un ingénieur français, le général François de Chasseloup-Laubat. En 1811 à la construction travaillaient 6000 soldats de l’infanterie, 702 sapeurs et artilleurs, 10 000 paysans des environs, 815 charpentiers et bûcherons ainsi que 300 maçons. Les briqueteries de Varsovie fournissaient les briques tandis que le bois venait de la coupe des forêts des environs. Le gouvernement du Duché de Varsovie a été chargé des coûts de la construction de la fortification. Dans ce but a été établi en 1809 l’impôt personnel.
En 1813 la forteresse a été assiégée par l’armée russe de 12 000 soldats, d’abord sous le commandement du général Ivan Paskevitch, ensuite sous le commandement du général Andrej Kleinmüchel. Une garnison se composant de 5230 soldats polonais, français, Wurtemberg et saxons au total défendait la forteresse. La forteresse s’est rendre finalement le 1er décembre 1813 après 10 mois de siège. Il faut savoir ce pendant qu’elle n’a pas été prise d’assaut. Modlin s’est rendu seulement après la défaite de Napoléon près de Leipzig et après son retour à l’arrière du Rhin quand la défense n’avait plus aucun sens.
Dans la forteresse se trouvaient les membres du gouvernement insurrectionnel, entre autre le prince Adam Czartoryski. Le président du gouvernement, Bonawentura Niemojowski y a convoqué le conseil de guerre qui a lieu dans l’appartement du commandant de la forteresse. Y sont arrivé également les membres de la diète insurrectionnelle avec le maréchal Władysław Ostrowski ainsi que les militants de la Société patriotique avec Joachim Lelewel. En septembre 1831 la Pologne avait deux capitales et deux gouvernements. A Varsovie résidaient les Russes avec le nouveau « prince de Varsovie » Ivan Paskevitch et Fiodor Engel tandis qu’à Modlin résidait le Gouvernement National ainsi que le chef suprême, le général Maciej Rybiński. La forteresse de Modlin était protégée par la garnison polonaise comptant 7000 soldats sous le commandement du commandant général Ignacy Ledóchowski qui a capitulé sans se battre le 8 octobre 1814 après 14 jours de siège. L’acte de capitulation a été remis au chef de la garde russe, le grand-duc Michel (frère du tsar Nicolas Ier).
Les Russes se rendaient compte de la bonne position de la forteresse de Modlin et voulaient l’agrandir dont témoigne la lettre du tsar Nicolas Ier au feld-maréchal Ivan F. Paskevitch : « Il n’y a pas de doute que Modlin devrait être transformé en forteresse de première classe, en base […] principale et nous nous en occuperons le plus vite possible ». (Lettre du tsar Nicolas Ier de Saint-Petersbourg, le 22 XII 1831). Le tsar Nicolas Ier rendait lui-même visite dans la forteresse modernisée, entre autres en septembre 1833 et en novembre 1834. La même année Modlin obtient un nouveau nom – faisant référence au plus grand patron de la Russie – saint Georges. Depuis elle est appelée par les Russes la forteresse saint Georges. Bien que Saint-Pétersbourg n’ait pas à l’époque de liaison ferroviaire avec Varsovie, le tsar russe venait plusieurs fois à Modlin en calèche. C’était des voyages longs et fatigants, mais durant son règne, Nicolas Ier (il a vécu dans les années 1796-1855) a rendu visite à Modlin 17 fois. L’exceptionnelle visite a eu lieu en 1838. Alors Nicolas Ier a rencontré à Modlin l’archiduc autrichien Ferdinand (1781-1850), gouverneur de l’époque de la Galicie. Par contre en 1843 Nicolas Ier a rencontré à Modlin le roi Prusse Frédéric-Guillaume IV, en 1845 le prince Emile Heski et en 1850 l’empereur autrichien François Joseph, le couple princier Prusse et de nombreux ducs Prusse. La forteresse de Modlin était « l’enfant bien-aimé » de Nicolas Ier car c’est lui qui l’a construite et s’en vantait en Europe. Durant ses visites, on amenait dans ses quartiers l’équipement luxueux du Château Royal de Varsovie et du Palais des Bains Royaux.
Le successeur du trône Alexandre II (il régnait dans les années 1855-1881) ne sentait pas de telles liaisons émotionnelles avec Modlin ou d’autres forteresses du Royaume que son père. Son successeur – le tsar Alexandre III a rendu visite à la forteresse de Modlin une seule fois en 1884 avec son fils – le Grand Duc Nicolas Alexandre – futur tsar Nicolas II. Le dernier tsar de Russie – Nicolas II – a rendu visite à la forteresse en 1897 et a donné en cadeau l’icône de saint Georges.
Durant des années les Russes agrandissaient de plus en plus la forteresse. Dans ce but a été utilisée entre autre l’élaboration du célèbre stratège polonais et héros de l’insurrection de novembre, général Ignacy Prądzyński. A la fin du XIXe siècle, Modlin possédait 1746 pièces d’abri et était équipé de 794 canons. La garnison en temps de paix comptait 12 000 soldats. A partir de 1853 la forteresse possédait une liaison avec Varsovie à l’aide du télégraphe optique et à partir de 1877 à l’aide du télégraphe électrique. En 1885 a été construite une ligne téléphonique Modlin-Varsovie.
La veille de la première guerre mondiale, la forteresse de Modlin était la plus puissante forteresse en Europe. Durant la première guerre mondiale, l’armée allemande sous le commandement du général Hans Beseler comptant 80 000 soldats a attaqué la forteresse le 9 août 1915. La défense était organisée par la garnison russe comptant 105 000 soldats et plus de 1000 canons. Elle a capitulé après 10 jours de siège. La cause principale de la défaite des Russes était le moral faible des soldats et le manque de coordination entre les brigades particulières. 3000 personnes ont péris lors de la défense de la forteresse, 7000 ont été blessés et les Allemands ont pris 80 000 prisonniers. 34 600 obus sont tombés au total sur la forteresse. En récompense de la prise de la forteresse, le général Besler a reçu la Croix de fer et a été nommé général-gouverneur de la partie du Royaume de Pologne occupée par les Allemands. Le 15 septembre 1815 à Modlin est venu l’empereur allemand Guillaume II avec le feld-maréchal Paul von Hindenburg et le général Erich Ludendorff. L’empereur a reçu dans la forteresse la parade militaire et a visité les constructions fortifiées.
Après l’indépendance de la Pologne en 1918, la forteresse a reçu un équipage polonais. Elle était un important point de défense durant la Guerre russo-polonaise, et dans la région de Modlin se trouvait lors de la bataille de Varsovie en 1920 la 5e Armée du général Władysław Sikorski. Elle occupait le territoire à partir de la Prusse-Orientale jusqu’à la forteresse de Modlin et devait se défendre sur les rives du Narew et de Orzyc. Son but était de détruire tout essai de passage de l’ennemi par les positions défensives de l’armée et de mener une action active de la cavalerie sur l’aile droite des armées russes du Front de l’Ouest.
En automne 1919 à Modlin a été créé le Corps des cadets no 2, c’est-à-dire une école préparant les jeunes officiers. En 1926 le Corpus a été transféré à Chełmno et jusqu’à ce temps 307 élèves du corpus ont quitté Modlin. Dans la forteresse ont été aussi formés les officiers de la Marine Nationale de Pologne. Plusieurs officiers ont reçus en 1919 un port de guerre Alec les équipements. À partir d’août 1920 commence la reconstruction de la flotte de la Vistule qui possédait à la fin de cette année 39 officiers et 408 marins. Après 5 ans la flotte a été fermée. Les ateliers des ports ont été transformés en chantier naval de Modlin qui construisait des ponts, des pontons et des passerelles pour l’équipement aquatique des sapeurs. Après l’agrandissement technique du début des années trente, le chantier naval construisait aussi des bateaux à moteur de patrouille. On a aussi construit dans le chantier naval de Modlin deux dragueurs de mines « Czajka » et « Rybitwa ». Ce deuxième participait lors de la deuxième guerre mondiale dans les combats contre les Allemands et, après la capitulation de Hel le 2 octobre 1939, « Rybitwa » est tombé dans les mains des allemands. Il a été retrouvé après la guerre par la Mission maritime polonaise et était de service jusqu’à sa destruction en 1972.
En 1929 a été créé à Modlin le Centre de formation des sapeurs qui a été créé à partir de la jonction du Bataillon des sapeurs et du Bataillon de formation des sapeurs ferroviaires. Dans la forteresse a aussi été créé le Centre de formation des chars d’assaut et des véhicules blindés (Centre de formation des armées blindées).
En juin 1928 le président de la République de Pologne Ignacy Mościcki a visité le Ier bataillon des sapeurs. Le Maréchal Józef Piłsudski a aussi séjourné plusieurs fois à Modlin.
Quand le 1er septembre 1939 l’armée allemande a attaqué la Pologne en commençant la deuxième guerre mondiale, Modlin est alors devenu un des derniers points de la résistance polonaise. Malgré les attaques massées de la terre et de l’air, les troupes polonaises à Modlin se défendaient jusqu’au 29 septembre 1939, un jour de plus que Varsovie. Ce n’est qu’alors que le réel commandant de la forteresse, le général Wiktor Thommée a signé les conditions de la capitulation. Les défenseurs de Modlin se sont bravement battus contre l’armée allemande durant 18 jours. Dans la défense de la forteresse ont péris plus de 2000 soldats polonais. Durant l’occupation nazie, les Allemands ont organisé dans la forteresse un centre de formation des recrues de la Wehrmacht, un hôpital, un camp de transition et un camp de concentration à Pomiechówek. En janvier 1945 Modlin a été conquit par l’armée soviétique. Le territoire a été ensuite repris par l’Armée de Pologne qui plusieurs années utilisait les terrains de la forteresse. Encore durant la deuxième guerre les Allemands ont ouvert un aéroport militaire qui était aussi utilisé après la guerre pour former les pilotes polonais. De 1967 à 1974 à Modlin se trouvait entre autre le Centre de formation de l’armée de l’air. Une partie des bâtiments de la forteresse est toujours utilisée par l’Armée de Pologne.

Dans la forteresse de Modlin ont été tournée des scènes du film de Jerzy Hoffman « La bataille de Varsovie 1920 3D ». Avant la fortification était visitée par les réalisateurs de tels films que « C.K. Dezerterzy », « Kiler », « Messire Thadée », « Avalon », « Jutro idziemy do kina » ou de la série « Czas honoru ».

Les informations historiques sur la Forteresse ont été élaborées par Przemysław Gasztold-Seń, employé de l’Institut National de Mémoire à Varsovie.
img
1 -alt2 -alt3 -alt4 -alt5 -alt6 -alt
poprzedni
następny